Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le blog d'Edmée - Page 2

  • Grand écran: "Sans jamais nous connaître", une romance gay peuplée de fantômes

    Une tour à Londres, pratiquement vide. À l’image des pages que peine à noircir Adam (Andrew Scott), scénariste timide, introverti, vivant isolé du monde dans cet immeuble neuf. Jusqu’au soir où Harry (Paul Mescal) mystérieux autre locataire esseulé, frappe à sa porte. Adam ne le laisse pas entrer, mais le charismatique et séduisant Harry n’est pas du genre à renoncer.  Sa seconde tentative est la bonne. Au point que les deux hommes passent la nuit ensemble et, surpris par leurs sentiments au réveil, tombent vite amoureux.

    Un début plutôt classique, sauf que ce rapprochement semble faire parallèlement resurgir un trauma chez Adam qui, gamin, a perdu ses parents dans un accident de voiture. Il décide alors de retourner dans la ville de banlieue où il a grandi. Arrivé dans son ancienne maison, il découvre papa-maman sur place et les revoit vivants, tels qu’ils étaient le jour de leur disparition, il y a plus de trente ans. Il les embrasse, leur parle.

    Une adaptation très personnelle

    Andrew Haigh nous plonge ainsi dans une troublante atmosphère surnaturelle, qui flirte avec le réel. Insolite, émouvant, original, onirique, poétique, Sans jamais nous connaître (All Of Us Strangers), magnifiquement interprété, est le cinquième long métrage du réalisateur gay, se plaisant ici à jouer de la fascination. Ce film est une adaptation aussi libre que personnelle de Présences d’un été, du Japonais Taichi Yamada, paru en 1987. Période à laquelle l’auteur laisse revivre le père (Jamie Bell) et la mère (Claire Foy) du héros. Il nous livre l’image d’un couple aimant, bienveillant, mais conservateur, pétri de principes et de préjugés de l’époque. Cela permet notamment au cinéaste britannique d’évoquer le rigorisme thatchérien, les émeutes raciales, le sida et les changements qui se sont produits depuis dans la société et dans les esprits de ses concitoyens. 

    Avec ce recours aux fantômes du passé, il est évidemment surtout question d’Adam, souffrant d’un non-dit qui le bloque. Celui d’avoir omis de révéler à ses parents une homosexualité dont il était conscient à 12 ans, au moment de leur mort. ll veut savoir s’ils s’en doutaient, s’ils l’ignoraient, comment ils auraient réagi. L’auraient-ils accepté, rejeté? Seule une discussion sincère et sans fard où il leur apprendra ce qu’il est devenu lui donnera la réponse, l’apaisera, lui permettra enfin d’avancer et de vivre pleinement sa relation avec Harry.

    A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 14 février. 

    Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire 0 commentaire
  • Grand écran: "Captives", immersion dans l'enfer de la Salpêtrière, où des femmes accusées d'hystérie étaient internées de force

    Paris 1894. A la recherche de sa mère, accusée de folie et internée contre son gré, comme tant d’autres femmes convaincues d’hystérie par des proches masculins, Fanni (Mélanie Thierry) se laisse volontairement enfermer à l’Hôpital de la Salpêtrière. D’abord une prison, l’établissement devint un asile, dont le service de neurologie fut dirigé, à partir de 1870 par le célèbre professeur Jean-Martin Charcot. Qui fit notamment subir à ses patientes, des traitements expérimentaux particulièrement douloureux 

    A l'heure du patriarcat omnipotent

    Le réalisateur Arnaud des Pallières évoque ainsi, sur fond  de psychiatrie d’alors, le sort sinistre réservé à ces malheureuses incriminées, le plus souvent à tort, de diverses névroses que l’on prétendait reliées à leur sexe. A l’époque, il suffisait d’un rien pour se retrouver à l’asile. Une petite déprime, une manifestation de rébellion ou colère contre son mari.  Ces femmes juste là parce qu’elles dérangeaient, côtoyaient  des authentiques malades mentales, des alcooliques, des délinquantes, des prostituées. De quoi devenir réellement cinglées...

    Mais il s’agit aussi pour l’auteur de livrer une histoire d’amitié et de solidarité entre ces compagnes d’infortune aux destins  divers, isolées du monde, privées de toute liberté à l’heure du patriarcat omnipotent. Elles sont incarnées par une remarquable et attachante équipe d’actrices allant de Mélanie Thierry (bouleversante dans le rôle de Fanni) , à Yolande Moreau, en passant par Carole Bouquet, Martina Fois ou Josiane Balasko. 

    Indécence et curiosité malsaine

    L’action du film, démontrant une brutalité faite aux femmes et l’oppression dont elles sont victimes qui restent largement d’actualité, se situe en pleine préparation du dernier grand bal de la Salpêtrière, dit  Le bal des folles organisé chaque année pendant le Carême par Charcot. Un divertissement costumé où se pressait avec indécence  le Tout Paris politique, artistique et mondain, venant là comme au zoo pour voir ces prétendues démentes obligées de s’exhiber en dansant et en chantant. Avec tout ce que cela implique de curiosité malsaine. 

    Arnaud des Pallières nous en dévoile plus  à l’occasion d’une rencontre à Genève. Précisant tout d’abord que l’idée de ce film n’est pas de lui, mais de son producteur, qui avait découvert l’affaire du fameux bal annuel .

    Mélanie Laurent avait déjà traité le sujet il y a deux ans.  Quelle différence sa vision et la vôtre ? 

    Le film de Mélanie est une adaptation du roman de Victoria Mas. Le mien part d’un scénario original. Les deux sont extrêmement différents. J’en fais une relecture féministe.  Il n’y a que des femmes. Les médecins en sont absents. Ils se méfiaient des malades et évitaient leur contact.

    Il s’agit d’une immersion dans l’enfer de l’hôpital.

    Je mets le spectateur dans la peau de ces femmes. Plus particulièrement dans celle de Fanni. Il entre avec elle, voit à travers ses yeux, est dans sa compréhension et son incompréhension. 

    Vous vous attachez à des personnalités très diverses.

    Ces femmes viennent d’univers variés, mais en dépit de l’écart social parfois extrême, il existe une réelle solidarité. C’est là que la liberté se joue. Elles sont unies par la violence et la résistance. Je pense avoir fait exister une pléiade de caractères intéressants. 

    Le rôle principal a-t-il été écrit pour Mélanie Thierry ?

    Pas du tout. Il n’y avait que deux comédiennes auxquelles j’avais tout de suite pensé. Josiane Balasko et Yolande Moreau.

    J’ai été frappée par l’absence de maquillage lors des gros plans sur les visages.

    En effet, à part Carole Bouquet, les autres n’étaient pas maquillées. En plus on a tourné pendant la canicule. Elles transpiraient, elles étaient marquées par l’effort. J’avais l’impression de réaliser un western féminin en  raison de la rudesse des situations. Mais elles ont accepté. Elles ont compris l’enjeu politique. Elles avaient envie de faire ce film, chacune sentant qu'elle avait  un vrai personnage à défendre.

    "Captives", à l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 7 février.

    Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire 0 commentaire
  • Grand écran: "Retour en Alexanndrie", mini road-trip introspectif avec Nadine Labaki et Fanny Ardant

    Partie d’Égypte, Sue (Nadine Labaki) est installée en Suisse depuis vingt ans. Elle a décidé de rompre tout lien avec sa mère, Fairouz (Fanny Ardant), une aristocrate excentrique, volontiers arrogante et humiliante. Les deux femmes ne se sont donc jamais revues, mais en apprenant que Fairouz a été victime d’une attaque, Sue décide de retourner dans son pays natal pour la revoir.

    Sue entreprend alors un voyage qui la mènera du Caire à Alexandrie, entre hier et aujourd’hui. Confrontée aux fantômes du passé, aux blessures d’enfance qu’elle a tenté d’oublier, elle fera aussi de singulières rencontres, dévoilant une sorte de malaise. Dans ce surprenant mini road-trip à l’esthétique queer, empreint de nostalgie, Sue renoue avec ses racines et surtout avec elle-même.

    Porté par Nadine Labaki (actrice, mais aussi réalisatrice de Caramel et Capharnaüm) aux côtés de Fanny Ardant, Retour en Alexandrie est le premier long métrage de Tamer Ruggli. Moitié Égyptien et moitié Suisse, le cinéaste de 37 ans a passé une maturité artistique à Zurich, avant de suivre des cours à l’ECAL, à Lausanne, et de réaliser quatre courts métrages dont son très remarqué film de diplôme, Capuccino.

    Retour aux sources

    «Je me suis inspiré d’une histoire de famille, de mes souvenirs personnels en Égypte et de la relation compliquée de ma mère avec la sienne», nous raconte l’auteur. «Sue a développé un rapport d’amour-haine avec son pays. Elle s’est échappée pendant des années pour se créer une autre vie, mais elle n’a pas complètement réussi. Elle revient alors aux sources pour tourner la page. Dès son arrivée pourtant, elle est happée, séduite par tout ce qu’elle a voulu fuir, mais qui a néanmoins contribué à la construire.»

    Un mot sur les comédiennes? «J’ai eu la chance de travailler avec Nadine Labaki et Fanny Ardant. Nadine, que j’ai directement contactée grâce à un ami ami libanais, a tout de suite accepté. Quant à Fanny, c’est une passionnée de cinéma. Comme Catherine Deneuve, elle aime aider les réalisateurs débutants..Elle a adoré le scénario. Pour moi, elle représente cette surféminité, cette élégance intemporelle. Elle ressemble aux femmes de ma famille.»

    Tamer Ruggli, qui a mis dix ans à boucler cette première œuvre, s’est lancé entre-temps dans deux autres projets. «Les deux traitent de l’homosexualité, l’un dans le monde arabe et l’autre en Italie et en Suisse. J’espère commencer à tourner en 2025.»

    "Retour en Alexandrie", à l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 31 janvier.

    Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire 0 commentaire